unesecondeCe livre m'a été envoyé par Isabelle pour le swap "Cap sur Noël". Ce qui est drôle, c'est que j'ai envoyé ce même titre à Lucie car elle souhaitait découvrir les romans de Romain Sardou, avant de lui envoyer, j'ai feuilleté ce livre et je me suis dit que je me l'acheterai car l'histoire me semblait très belle. Les lutins ont dû le souffler à l'oreille d'Isabelle dans son sommeil !

L'histoire se déroule au milieu du XIXème siècle, en Angleterre, à Cokecuttle. Harold Gui est un petit garçon des rues, il vit sous les ponts avec Le Falou, un homme érudit qui lui a appris à lire, écrire et compter et qui lui raconte des histoires merveilleuses. Un jour, Le Falou est retrouvé mort. Harold est alors pris en charge par des gens peu scrupuleux en Ecosse. C'est alors qu'il rencontre des lutins...

Les premières lignes :
"A l'heure où débute ce récit, en cette nuit froide du jour et du mois de l'année, le 16 octobre 1851 les habitants de Cokecuttle dormaient paisiblement, abattus par leurs longues heures passées aux ateliers et aux usines.
Dans cette lointaine ville du Lancashire, la nature, les landes, les bois clairs, les pâturages herbeux étaient aussi éteints que s'ils n'avaient jamais existé : les tours noirâtres des manufactures avaient envahi le paysage depuis longtemps. Cokecuttle était autrefois un petit village de pêcheurs, c'était maintenant une cité industrielle sans âme, couverte par la suie, le coke des hauts fournaux, la houille grasse, la fumée des machines. Les familles d'ouvriers y vivaient dans de sordides lotissements noyés entre les fabriques et les dépôts de charbon.
Ce soir, tout était silencieux et immobile.
Une nuit sans lune.
Pourtant."

Ce petit livre est une merveille ! J'ai adoré des tas de choses.
Tout d'abord, l'intrigue est très belle, il s'agit de l'histoire du Père Noël. En effet, on comprend très vite (et c'est aussi écrit sur la quatrième de couverture) que le petit Harold deviendra le Père Noël. Il y a plein de magie et de poésie dans ce roman, quand on le lit, on retrouve nos rêves d'enfants, on se laisse porter dans un monde merveilleux sans se poser de question, on a envie de croire de nouveau au Père Noël. A la fin de ma lecture, je me suis dit que quand ma fille me posera des questions sur le Père Noël, j'aurai peut-être envie de lui raconter cette jolie histoire.
Concernant le style, j'ai beaucoup apprécié l'écriture à la manière de Dickens : les chapitres sont titrés, par exemple, le premier chapitre s'intitule : "Où l'on fait la découverte d'un lieu, d'une époque et d'un petit garçon", certains m'ont fait sourire comme "Où la suite de ce qui précède précède ce qui va suivre et ainsi de suite jusqu'à la fin...". De plus, le narrateur entretient une complicité avec le lecteur à la manière du célèbre auteur anglais "S'il était possible au lecteur de ce petit conte (que nous imaginons allongé dans sa chambre ou blotti sur un strapontin de métro), s'il lui était possible de se suspendre dans les airs de Cokecuttle, oh! pas trop haut [...]"
Ce conte est donc non seulement très beau, mais en plus, il est très agréable à lire. Maintenant, j'ai très envie de lire un autre roman de Romain Sardou afin de découvrir ses autres univers et ses autres styles d'écriture.
Je remercie encore une fois Isabelle pour cette très belle découverte.